Un élément important du “Work”

Un élément important du “Work”

Lors d’une école avec Katie,
400 participants de toutes origines,
Katie avait insisté pour nous encourager
à faire le work avec toute personne du stage
même si nous ne comprenions pas sa langue :

Le facilitateur pose toujours les mêmes questions
et donc il suffit à celui qui répond de repérer que c’est la 2ème, 3ème
ou un retournement à chercher…

Effectivement, cela ne pose aucun problème et
ETONNANT,
la personne se sent tout aussi bien écoutée que si elle était accompagnée dans sa langue !!!

Cela signifie que le facilitateur n’a pas à comprendre ce que dit
la personne qu’il questionne.
S’il comprend, tant mieux pour lui,
et si le facilitateur ne comprend pas,
ce n’est peut-être pas “ses affaires” de comprendre !
Soyez déjà présent, dans une présence attentive et bienveillante.

Ce qui importe, c’est que la personne facilitée s’ouvre à elle-même,
à une nouvelle vision de sa réalité,
à une compréhension nouvelle,
à une interprétation nouvelle.

L’exercice du “work”, introduit véritablement
le NOUVEAU et/ou le RENOUVEAU,
chaque fois.
C’est un exercice, qui pratiqué quotidiennement,
est régénérant :
C’est comme boire directement à une source d’eau vive.
Ne vous en privez pas.

Retenez qu’on va toujours beaucoup plus loin à 2 que tout seul devant sa feuille.
Contactez-vous entre stagiaires pour continuer à vous exercer.
Et si vous souhaitez travailler avec nous,
contactez-nous :
Nous avons choisi, même pour les consultations,
de nous ouvrir à un tarif modulable.

Sylvie, au service du Quesdtionnement


Sylvie
Sylvie

Sylvie Boute, psychopédagogue, depuis 2008 au service de la diffusion du Work auprès des enfants, des adolescents et des adultes de tous âges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *