Le jeu de la Vérité : une seule règle !

Dès que l’homme rentre dans des certitudes 
(= ce qui lui paraît vrai)
ou que des certitudes rentrent en lui,
“j’ai raison !”,
alors l’opposé instantanément apparaît,
invisible ou visible à nos yeux.

(Si vous pratiquez le Work, ceci est une évidence
et l’invisible devient visible.)

C’est pour cela qu’aucun consensus n’est possible entre les hommes.
Afin qu’ils découvrent le fruit de la discussion, de la communication, de la consultation.
Les avis sont toujours partagés :
Il y a les pour, les contre, les pour et contre, les ni pour ni contre.
Dieu aime le partage et nous invite à chaque instant à ouvrir notre esprit
grâce à l’Esprit de Contradiction.

Avez-vous remarqué qu’il ne nous quitte jamais ?
Nos chers enfants ou notre conjoint pense quelquefois le contraire,
ou dit le contraire ou fait le contraire de ce qu’on aime…
Pourquoi ?
Peut-être parce que l’homme est attaché à l’idée d’évolution
et que c’est par les contraires que les choses évoluent.
Nous suivons un chemin d’évolution
ou serait-ce le chemin qui évolue ?

Pour voir clair, il me suffit de questionner et d’utiliser les contraires avec discernement.
j’apprends à faire le débat avec moi-même,
les musulmans l’appellent la grande djihad, le combat intérieur.
Comme dans le Bahaïsme, l’épée est remplacée par la parole :
je me débats, je discute avec moi-même pour trouver la paix à l’intérieur.

Quand je le fais, selon le Work de Byron Katie,
 je m’aperçois que mes certitudes me quittent
et que rapidement, subsiste seul Ce qui semble être, Ce qui semble demeurer…

Que reste-t-il quand mes certitudes me quittent ?
Qui suis-je quand mes certitudes me quittent ?

Sylvie


Sylvie
Sylvie

Sylvie Boute, psychopédagogue, depuis 2008 au service de la diffusion du Work auprès des enfants, des adolescents et des adultes de tous âges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *