Je l’aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout…

Je l’aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout…

Avons-nous fermé les yeux aux défauts des autres ?
OUI, peut-être lorsque nous sommes amoureux, très amoureux.
Mais que se passe-t-il lorsque nous sommes moins “amoureux” ?
Les défauts apparaissent-ils ? Ils avaient toujours été là mais nous ne les regardions pas, ou bien nous les minimisions. L’amour rend-il vraiment aveugle/malvoyant ou bienvoyant/clairvoyant ?
L’Amour regarde le Bien, le Beau, le Bon, le Vrai.
Un amour moins grand regarde le bien et le mal, le beau et le laid, le bon et le mauvais, le vrai le faux.
Le manque d’amour regarde le manque de bien, le manque de beau, le manque de bon et le manque de vrai.
Quand notre regard nous emmène à observer ce qui nous apparaît faux, mal, laid, mauvais, nous sommes devant ce qui est faux, mal, laid et mauvais en nous. Mais pouvons-nous le voir ? Nous le voyons chez les autres, jusqu’à ce que nous puissions le voir en nous.
Et quand nous voyons des défauts très grands chez certains, ouvrons grand nos yeux pour voir aussi leurs très grandes qualités.
Vivons amoureux, n’est-ce pas notre état naturel ?
« Faites le Work jusqu’à ce que vous soyez amoureux de toutes vos pensées » nous encourage Katie

Sylvie, rendue encore plus amoureuse par la pratique du Work


Sylvie
Sylvie

Sylvie Boute, psychopédagogue, depuis 2008 au service de la diffusion du Work auprès des enfants, des adolescents et des adultes de tous âges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *