Comment ne plus souffrir de la moquerie

Comment ne plus souffrir de la moquerie

Quelqu’un se moque ? RIS !
A l’école, les enseignants font beaucoup d’efforts pour apprendre aux enfants à ne pas se moquer…
PEINE PERDUE ! Arrêtons de perdre ainsi le temps précieux des apprentissages !
Il y aura toujours quelqu’un dans notre vie qui pourra se moquer de nous ! Il vaudrait mieux apprendre à recevoir la moquerie et “s’en moquer”, voire même apprendre l’auto-dérision.
“C’est celui qui dit qui y est”…vous connaissez ?
Les enfants adorent et repèrent très vite la pertinence de cette expression, enfantine. Dommage que les adultes ne la pratiquent plus…(exceptés ceux qui s’entraînent à ‘l’effet miroir”, comme le questionnement du work).
Dans ma classe, la moquerie est source de grands enseignements et quelquefois de grands éclats de rire :

Quelques élèves sont très sensibles et même ultra ultrasensibles à la moquerie. Croyant si vite que dès que quelqu’un rit, c’est pour se moquer… ces mêmes enfants sont les premiers à pouvoir rire de certains camarades et dire : « Mais je ne me moque pas ! » et moi de leur répondre : « Si tu ne te moques pas, les autres non plus ne se moquent pas de toi quand tu le crois… ».
A priori, nous préférons être respectés, n’est-ce pas ?
Et bien cet à priori peut être dommageable car dans la moquerie bien comprise, nous pouvons trouver les fondations du plus grand respect !

Peut-on être l’objet de moquerie sans être soi-même moqueur…ou bien cela peut être aussi  l’épreuve pour que l’on montre à quel point la moquerie nous touche de moins en moins…
Sylvie, au service du respect de toute attitude moqueuse.


Sylvie
Sylvie

Sylvie Boute, psychopédagogue, depuis 2008 au service de la diffusion du Work auprès des enfants, des adolescents et des adultes de tous âges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *