“FRANCE, pays de la liberté d’expression”…Est-ce que c’est vrai ?

“FRANCE, pays de la liberté d’expression”…Est-ce que c’est vrai ?

3 MAI : Journée mondiale de la liberté de la presse
“FRANCE, 
pays de la liberté d’expression”… 
Est-ce que c’est vrai ?

C’est ce qu’on dit, mais est-ce que tout ce qu’on dit est vrai ?…

“Liberté d’expression en France, liberté de la presse française, liberté de s’exprimer des français…”

Alors je m’exprime et je commence par une question :
Non, par trois questions :)

  
Quel est votre niveau d’attachement à la liberté d’expression ? De 0 à 10 ?
Votre attachement à la liberté d’être silencieux est-il le même ? De 0 à10 ?

Avez-vous aussi connu jusqu’à ce jour, la “prison” de l’expression ?

Vous savez, quand les mots sont impuissants à exprimer véritablement ce que nous ressentons.
Ou bien quand des mots ont été mal interprétés et que cela a généré une forme de guerre ou d’enfermement.
Jusqu’où les Mots peuvent-ils exprimer ce que nous ressentons…
Jusqu’où les Silences peuvent-ils exprimer ce que nous ressentons… 

Vous croyez qu’un silence en dit plus long que des mots ?
Est-ce que c’est toujours vrai ?

La prison du silence..Vous connaissez ?

Celui qui  peut cacher mille souffrances, mille culpabilités, mille hontes…enfermées dans un esprit, qui de temps en temps peut ressembler à une prison.

Mille souffrances qui n’attendent qu’expression de la prison, sortir de la prison de certains silences.
Pouvoir exprimer, pouvoir s’exprimer…Pouvoir sortir les mots…

 

Mais où est l’oreille attentive

Saurions-nous être cette oreille?

Jusqu’où avons-nous le pouvoir d’exprimer notre liberté, sur Terre ? 

 “Ma liberté s’arrête-t-elle là où commence celle de l’Autre”
ou bien  
“Ma liberté s’arrête-t-elle là où s’arrête celle de l’Autre” ?

“J’arrêterai quand il arrêtera !!!” : 
Déjà entendu ça ?
Mots d’enfants ou mots d’adultes ? 
Il me semble qu’on peut souvent vivre dans la “prison” de l’autre”. 

Et nos prisons ne se nomment-elles pas “Maisons d’arrêt” ? 
Pour arrêter les histoires qui empiètent sur la liberté des Autres.
Nos prisons sont pleines d’histoires “arrêtées”.

Le “silence” de la prison peut-il être propice à guérir ces histoires arrêtées ?
Le “silence” de la prison pourrait-il favoriser l’expérience du silence de la liberté, le silence d’une véritable liberté, une conscience de la liberté qui n’appartient qu’à celui qui a pu reconnaître sa prison…et l’accepter voire “l’aimer” ?

Le Vent de la Liberté


Oui, ces hommes, ces femmes existent, ils sont plus nombreux qu’on peut le penser car ils vivent dans le “silence de la Liberté”, vous en connaissez peut-être ?
Peut-être en êtes-vous un ou une de ceux-là…
Peut-être vous exercez-vous au silence d’une méditation ou d’une prière qui libère de la “prison du Moi” ?

Pour moi, celui qui manifeste au plus haut cette réalité, 
c’est  Baha’u’llah :

En ces jours où je gisais retenu dans la prison de Téhéran, alors que le fardeau des chaînes et l’air fétide ne me laissait que peu de sommeil, il me semblait que, lors de rares instants d’assoupissement, quelque chose coulait du sommet de ma tête sur ma poitrine, comme un puissant torrent se précipite sur la terre de la cime d’une haute montagne. Chaque membre de mon corps en était embrasé. a de tels moments, ma langue récitait ce que nul homme ne pourrait supporter d’entendre.
Baha’u’llah, Epître au fils du Loup, p.25-26

“Bien que mon corps soit sous les épées de mes ennemis et mes membres frappés d’innombrables afflictions, sache que mon esprit est rempli d’une allégresse sans comparaison avec les joies de la terre.
Baha’u’llah, Epître au fils du Loup, p.66-67

 Sylvie, au service de la liberté d’expression… 
et de toutes ses formes associées


Sylvie
Sylvie

Sylvie Boute, psychopédagogue, depuis 2008 au service de la diffusion du Work auprès des enfants, des adolescents et des adultes de tous âges.

commentaires

  1. Anonymous affirme: février 1, 2014 at 2:40

    de qui se moque -t-on ?la France est devenue le pays de l’inquisition,du totalitarisme d’etat,du muselage systematique,et menaces “soumarines”.

  2. Ce commentaire a été supprimé par l’auteur.

  3. commentaire supprimé par mégarde.
    En court, nous sommes invités à être des inquisiteurs de nos pensées “totalitaires” chaque fois que nous observons une forme de totalitarisme = quand nous ne supportons pas l’opposition. Avons-nous envie de “museler” celui qui s’oppose à notre façon de penser ? Avons-nous subi une forme de muselage dans notre enfance ? le Travail de Byron Katie est une porte ouverte sur notre subconscient :BIENVENUE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *