À toutes les femmes qui courent, qui courent…

À toutes les femmes qui courent, qui courent…

À toutes les femmes qui courent, qui courent…qui font toutes les courses..au pas de course…
Et qui se sentent envahies par toutes les choses et les courses à faire
Et qui culpabilisent de ne pas en faire assez
Et qui n’ont plus de temps ni d’espace pour elles
Et qui courent tout le temps… après le temps
Et qui voudraient que les enfants arrêtent de les solliciter tout le temps
Et qui voudraient que leurs enfants soient plus autonomes et qu’ils se disputent moins
Et qui voudraient que leur conjoint soit plus présent dans les tâches quotidiennes et dans la gestion des enfants
Et qui voudraient être comprises
Et qui voudraient un conjoint plus attentif à elle et aux enfants
Et qui voudrait être soutenues, respectées…

À toutes ces femmes, dont un jour j’ai été :
Avons-nous, dans nos courses quotidiennes, oublié de prendre du plaisir ? Nous sommes-nous coupées de nos sensations agréables ? Faisons-nous les choses trop souvent comme un robot qui fait les choses sans présence, sans plaisir, par devoir, programmées pour accomplir leur devoir de mère moderne et peut-être même le devoir conjugal = faire l’amour avec de moins en moins de plaisir et de moins en moins de temps, faire tout avec de moins en moins de plaisir et de moins en moins de temps, être avec ses enfants ou son conjoint avec de moins en moins de plaisir et de moins en moins de temps, vivre avec de moins en moins de plaisir…Même pas le plaisir de courir !

Fatiguées. Et moi, et moi et moi ? !
Rêver d’espace, de temps pour soi, de ralentir ce rythme infernal…

Et pourtant, Il suffit de si peu pour être heureuses et vivre amoureuses…au PAS de course !
Cesser d’être un robot à tout faire, vide de sensations (de plaisir), de sens et d’essence ! Redevenir vivantes, vibrantes, chantantes, dansantes :
Faire de chaque moment une porte ouverte sur nos sens :
Dans la cuisine ou ailleurs, faire, en écoutant la musique que l’on aime
Dans la maison, faire, en respirant un parfum que l’on aime, se parfumer soi
Faire en compagnie d’une fleur, d’un bouquet, quelque chose qui attire notre œil sur le Beau, le Bien, profiter des jeux de lumière sur les formes
Déguster ce que nous mangeons
Prendre le temps et le plaisir, pendant les actions quotidiennes, de pouvoir toucher ceux que nous aimons, les cheveux de nos enfants, prendre dans nos bras ceux qu’on aiment, se dire des mots qui touchent le cœur et nous font nous sentir si bien 💗

Chères mamans qui courent, il est temps de prendre conscience que c’est dans la tête que ça court, que les pensées sont faites pour courir, dans une course si rapide que nous ne pourront jamais courir aussi vite avec notre corps ! Pas la peine de faire la course avec la vitesse de nos pensées, c’est peine perdue ! Notre Corps, lui, est fait pour la présence, pour ressentir tout le bonheur d’être présent à travers nos sens, nos sensations…Pouvons-nous juste être là, présentes et réjouies, quand nous faisons la cuisine, les devoirs avec nos enfants et tout ce qui est écrit sur la liste des choses à faire. Se poser dans l’instant, goûtant l’instant, présentes.
C’est un véritable entraînement pour les femmes qui courent !

Et puis apprendre à vivre en démocratie : Introduire le bonheur de la consultation familiale régulière pour organiser ensemble le partage des actions quotidiennes, chercher ensemble comment les rendre attractives et plaisantes. Que la LOI soit le plus possible : Pas d’Acte… d’amour sans plaisir ! Car tout ce qu’on fait est un acte d’amour même la plus petite chose et l’amour, c’est tant de plaisir !

Quand parfois dans notre course, nous perdons le sens de la vie, retrouvons nos sens, portes de nos sensations de plaisir, retrouvons le goût le plaisir de vivre, laissons courir nos pensées, retrouvons nos sensations physiques de Bien être dont nous sommes dépendants pour vivre heureux.

Et posons-nous la question :
Est-ce que je veux vraiment “que mes enfants ne m’appellent plus pour rien” où est-ce que je peux voir que quand ils m’appellent pour rien, c’est peut-être juste voir que j’existe encore, que je suis présente, que je peux partager un regard, un geste, un sourire, ma présence…de maman.
Est- ce que j’ai besoin que les autres aient besoin de moi ?
Est-ce que j’ai besoin d’avoir le besoin des autres ?
Est-ce que j’ai besoin d’avoir besoin de moi ?
Est-ce que le besoin d’être utile aux autres et à moi-même est primordial dans ma vie ?
Alors je me sers de mon Corps et de mes pensées, je m’utilise sans me mutiler et je vois que ce que je demandais à mes proches est aussi et d’abord ce que je veux de moi :
“J’arrête de ME solliciter tout le temps, OUI, je deviens plus autonome…pour trouver du plaisir à ce que je fais, OUI, et que je me dispute moins avec la Réalité, OUI !
Et que JE sois plus présente dans les tâches quotidiennes et dans la gestion des enfants, OH OUI !
Et que je voudrais ME comprendre
Et que je sois plus attentive à moi = mon Corps et mes pensées
Et que je voudrais me soutenir, me respecter…”

Et que je suis tout à fait disposée à ce que
– “mes enfants m’appellent sans cesse”…et même jusqu’à la fin de ma vie, je serai trop malheureuse qu’ils ne m’appellent plus!
– “mes enfants me sollicitent pour rien”…pour goûter cette présence cadeau
– “mes enfants ne fassent rien à la maison”…signal que je ne fais encore rien de plaisant pour moi, gloups! Mais aussi que moi aussi je peux m’autoriser à ne rien faire…
– “mes enfants prennent tout l’espace”…pour voir parfois tout l’espace qu’ils ont dans mon cœur et que j’ai dans leur cœur aussi ♥♥♥
– “mon conjoint ne me soutienne pas et ne respecte pas mon besoin d’espace”…signal que parfois je ne me soutiens pas et je ne respecte pas mon besoin d’espace…
Alors je Comprends, je Comprends tellement bien et je me sens transportée par un grand rire et le désir de serrer mes enfants, mon conjoint fort dans mes bras pour un gros câlin

Vive le Travail de Byron Katie ! Un temps si plein de grâces <3

Sylvie
www.thework.fr
Participez à notre stage OR, trois jours en OR du 3 au 5 novembre 2017 à Bordeaux : Relever les défis financiers avec le Travail de Byron katie


Sylvie
Sylvie

Sylvie Boute, psychopédagogue, depuis 2008 au service de la diffusion du Work auprès des enfants, des adolescents et des adultes de tous âges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *