“A thousand names for joy” de Byron Katie : chapitre 60, traduit en français

“A thousand names for joy” de Byron Katie : chapitre 60, traduit en français

“Ne donnez rien à opposer au mal et il disparaîtra de lui-même”

La vie est simple.
Tout arrive pour vous et non à vous.
Tout arrive exactement au bon moment, ni trop tôt, ni trop tard.
Vous n’avez pas à aimer ce fait – mais c’est plus facile si vous pouvez l’apprécier.

Si vous avez un problème, cela ne peut être que parce que vous n’avez pas questionné.
Comment réagissez-vous quand vous croyez que le passé aurait dû être différent ?
Vous vous faites peur, parce que, ce à quoi vous résistez, persiste.
Vous gardez votre monde stressant, un monde qui n’existe que dans votre imagination; comme s’il fallait que vous restiez dans le cauchemar.
Cela fait mal de s’opposer à la réalité, car en s’opposant à la réalité, vous vous opposez à vous-même.


Savez-vous questionner ?

Lorsque vous savez comment questionner vos pensées, il n’y a pas de résistance.

Vous devenez impatient de rencontrer votre pire cauchemar, parce qu’il ne devient rien qu’une illusion et les 4 questions du Work vous donne la technologie pour voir à l’intérieur et comprendre l’illusion.
Il n’est pas nécessaire de chercher à tâtons dans le noir pour trouver le chemin de la liberté.
Vous pouvez juste vous asseoir et vous l’offrir, quand vous voulez.

Il y a 19 ans, un chirurgien m’enlevait une tumeur importante de mon visage. J’avais alors déjà trouvé le questionnement – le questionnement m’avait trouvée- et la tumeur n’était pas un problème, au contraire : 
J’étais heureuse de la voir arriver et heureuse de la voir partir. 
Ça valait le coup d’œil, et avant qu’on me l’enlève, j’aimais être vue en public.
Les gens me regardaient sans avoir l’air de regarder et cela me plaisait. 

Une petite fille me fixait des yeux et ses parents lui chuchotait de ne pas regarder et la tirait plus loin. Pensaient-ils que cela me blesserait ou que j’étais une bête curieuse ? Ce n’était pas ce que je ressentais. La tumeur sur mon visage était quelque chose de normal pour moi; c’était la réalité.
Quelquefois je surprenais quelqu’un en train de la regarder, puis il détournait son regard, puis il regardait à nouveau, se détournait, regardait encore, se détournait. Et finalement nos yeux se rencontraient et nous riions. Parce que je n’attachais aucune histoire à cette tumeur, alors il n’y avait pas d’histoire pour lui non plus et c’était juste amusant.

Tout peut devenir un cadeau – c’est de cela qu’il s’agit. 
Tout ce que vous voyez comme un handicap devient son opposé.
Mais on ne peut le découvrir qu’en étant intègre, en allant à l’intérieur de soi et en découvrant votre propre vérité – pas la vérité de tout le monde. Et tout se révèle à vous. vous n’avez rien à faire. La seule chose dont vous soyez responsable est votre propre vérité de l’instant, et le questionnement vous la fait découvrir.

Un jour j’ai questionné une femme qui avait honte de ses doigts. elle avait développé du rhumatisme articulaire à 17 ans et elle croyait que ses doigts étaient déformés.
Ils n’étaient pas normaux, pensait-elle, et cette pensée la faisait beaucoup souffrir.
Elle évitait que les gens puissent les voir. 
Mais ses doigts étaient normaux : ils étaient normaux pour elle.C’était les doigts avec lesquels elle se réveillait depuis ses 17 ans.Et depuis 27 ans, ils étaient ses doigts normaux. Elle n’avait juste pas remarqué qu’ils étaient normaux ainsi.

Comment réagissez-vous quand vous croyez que ce qui est, n’est pas normal pour vous ?
Honte, tristesse, désespoir.
Qui seriez-vous sans cette pensée ?
A l’aise avec votre état, et l’appréciant, quel qu’il soit, parce que vous réaliseriez que c’est complètement normal, pour vous.
Même si 99% des gens sont différent, leur norme n’est pas votre norme : ce qui est, est votre norme.
Ce n’était pas ses doigts qui faisaient souffrir cette chère dame mais son interprétation de la réalité.


Définissez “normal” !

Donnons-nous la permission, à travers vous, d’avoir un défaut, parce que les défauts sont la norme.

Quand vous cachez vos défauts, vous nous enseignez de cacher les nôtres.

J’aime dire que nous attendons un enseignant, juste un, qui nous donne la permission d’être ce que nous sommes maintenant.

Nous sommes grand ou petit, droit ou penché.
C’est un vrai cadeau que nous pouvons donner.
Ne pas le donner est une véritable souffrance.
Qui va nous donner la permission d’être libre si ce n’est vous-même ?
Faites-le dans votre propre intérêt, et nous vous suivrons.
Nous sommes un reflet de vos pensées, et lorsque vous vous libérez, nous devenons tous libres.

Byron Katie
A thousand names for joy : chapitre 60
Traduction de courtoisie par Sylvie Boute


Sylvie
Sylvie

Sylvie Boute, psychopédagogue, depuis 2008 au service de la diffusion du Work auprès des enfants, des adolescents et des adultes de tous âges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *